Les prochaines sessions
   
Les prochaines sessions

LES NOUVELLES SESSIONS ADULTES SONT OUVERTES

• Les lundis de 18H00 à 19H30  à Bordeaux.

• Les jeudis de 18H30 à 20H00 ou 20H00 à 21H30  à Bordeaux.

• Les lundis de 18H30 à 20H00 ou 20H00 à 21H30 à Cenon.

• Les jeudis de 18H30 à 20H00 ou 20H00 à 21H30 à Cenon.

LES NOUVELLES SESSIONS JUNIORS SONT OUVERTES

Les 4/6 ans:

• Les mercredis de 14H00 à 15H15 à Cenon.

• Les samedis de 11H15 à 12H15 à Bordeaux.

Les 7/10 ans:

• Les mercredis de 10H30 à 12H00 à Cenon.

• Les mercredis de 15H30 à 17H00 à Cenon.

• Les samedis de 9H45 à 11H15 à Bordeaux.

Les 11/14 ans:

• Les mercredis de 17H05 à 18H40 à Cenon.

• Les samedis de 12H20 à 14h00 à Bordeaux.

PARTOUT EN FRANCE  FORMULE VISIO-CONFERENCE

DES SESSIONS S’OUVRENT EN PERMANENCE 



  Témoignages

Paul CHILO, 25 ans, Etudiant en Droit.

J’ai choisi de suivre des cours de Langue Arabe pour plusieurs raisons. Tout d’abord,  afin d’acquérir une bonne pratique, tant de l’écrit que de l’oral, et travailler, à terme, dans la diplomatie en lien avec le monde Arabe. Enfin, le choix de cette langue en particulier, résulte de ma volonté de connaitre une troisième langue qui me permette de communiquer dans un grand nombre de pays. A l’heure où beaucoup d’étudiants apprennent le Chinois, il me semble pertinent de maîtriser une langue parlée dans plusieurs pays. De même, la connaissance de l’arabe littéral constitue un véritable avantage différentiel par rapport à la plupart de mes amis étudiants en droit.

ILA:

L’apprentissage au sein de l’ILA est établi sur des techniques qui diffèrent de celle de la Fac et permet d’accéder à la lecture et l’écriture en très peu de temps. De même, le vocabulaire qui nous est enseigné correspond aux situations de la vie courante, et permet donc de communiquer avec les populations arabophones directement.   De plus, il faut relever l’aspect le plus plaisant de cet institut qui réside dans la convivialité qui règne dans le groupe, grâce à un enseignement basé sur l’échange. De même, le cours ne se limite pas à la simple pratique de la langue et permet de découvrir la culture et l’histoire de la région arabophone. Enfin, le cours est programmé le soir, ce qui permet au plus grand nombre de l’intégrer dans un emploi du temps professionnel ou étudiant chargé.

 

ALAIN BERGEON , 74, ANS ARTISTE PEINTRE 

J’aime apprendre l’arabe parce que depuis longtemps j’aime bien me balader dans les pays du Magreb et du Moyen Orient.

Je trouve cette langue belle , intelligente dans sa construction et magnifique dans son graphisme ! Les cours qui sont donnés à l’ILA sont vivants et ludiques . Le publique y est varié et très sympathique

je m’y trouve très bien et j’espère pouvoir en profiter encore longtemps

 

 TALEB Evelyne et Soraya  Restauratrice et Serveuse

Pourquoi la langue arabe ?

E: parce que j’aime les poètes orientaux

et que j’aimerai arriver à les lire en

arabe.

S: pour finir ce que j’avais commencé au et pour faire quelque chose avec ma Mère autre que le boulot.

Sans doute Aussi à cause de mes origines.

Ce qu’on aime avec ILA?

E&S:  la façon qu’a Hadj de faire ces cours,

ils sont complets et malgré le fait que

l’on soit en groupe on arrive à avancer

chacun à notre rythme dans une

ambiance familiale.

 

Fabienne Dupart, 51 ans, décoratrice de formation

Depuis l’âge de 18 ans à la suite d’une rencontre avec un marocain et d’un premier voyage dans son pays j’ai su qu’il y aurait un lien indéfectible…

Depuis 1981 les liens perdurent ainsi que l’envie de vivre au Maroc…Apprendre la langue était évident pour mon cheminement personnel et par respect pour ces gens qui parlent le français souvent bien mieux que nous…Il y a 3 ans, un article dans Sud Ouest sur Hadj Seddak et sa methodologie m’a interpelé.Le moment était venu pour moi…Le premier contact a été déterminant…Avec ILA et Hadj, rien n’est convenu. C’est l’apprentissage dans le partage et la bonne humeur.Plus qu’un cours c’est une leçon de vie !!!

 

Hanane ELLOUZ, 28 ans, gestionnaire dans l’indemnisation des préjudices corporels.

L’envie de me lancer dans l’apprentissage de la langue arabe est (ré)apparue lorsque j’ai pris conscience de toute la richesse que cachait le monde arabe. Je regrettais de ne pouvoir y accéder alors que j’étais curieuse de pouvoir découvrir par moi-même tous ses trésors. C’était d’autant plus frustrant que berbère du Maroc, je n’avais aucune connaissance en la matière. Je suis donc partie de zéro enfin presque… 
En effet, j’avais déjà essayé d’apprendre plus jeune mais les méthodes de l’époque tenaient compte de mes origines alors même que justement contrairement aux apparences, je n’avais aucune facilité ! J’ai découvert ILA qui, comme il est présenté, apporte réellement de nouvelles méthodes d’apprentissage efficaces. Une façon différente d’enseigner une langue comparée à ce que j’ai pu avoir à travers mes études. En quelques séances, j’avais appris à lire, écrire, et à tenir une conversation. Aujourd’hui, j’ai les clés pour accéder aux livres, aux journaux. Jamais je n’aurai cru qu’un jour je pourrai le faire tellement la langue arabe est presque sacralisée ! Je m’étais inscrite pour une année juste pour apprendre à lire et écrire et maintenant cela fait quatre ans que je poursuis ces cours et continuer à me fixer de nouveaux objectifs.

Jean-Pierre VERRET 63 ans instituteur à la retraite

Parce que j’ai toujours écrit avec les lettres arabe en pure copie

Parce que j’ai bluffé mes élèves toute ma carrière, je me dois d’aller vers la vérité.

Parce que Hadj nous apporte une vision des musulmans et du monde arabe interessante à travers la langue, la construction des mots, des expressions toutes faites.

Parce que la langue arabe est passionnante !

« Les structures de l’arabe sur la mer de la modernité, flottent immobiles comme des môles insubmersibles » Jacques Berque



  Revue de Presse

L’Institut de Langue Arabe dans la presse

Il leur enseigne l’arabe  (Sud-Ouest, le 29 mai 2010)

La langue arabe côté pratique (Sud-Ouest, le 3 septembre 2010)